fbpx

Curcuma

Les informations contenues dans ce document sont uniquement à des fins éducatives et ne doivent pas être interprétées comme un avis médical. Ce document n’est pas destiné à diagnostiquer, ou en aucun cas remplacer un suivi médical qualifié. Ce produit peut ne pas vous convenir. Toujours lire l’étiquette avant d’utiliser un produit et suivre le mode d’emploi. Les propriétés médicinales décrites sont attribuables à la plante elle-même et sont tirées de la littérature scientifique existante, disponible sur une variété de platesformes scientifiques. Sauf indication contraire, les études discutées n’ont pas été effectuées sur notre formule particulière, et sont citées à titre purement informatif, avec références à l’appui.

Le curcuma (Curcuma longa) aussi appelé « safran des Indes » est une plante herbacée vivace, appartenant à la famille des zingibéracées, dont elle est une de 700 espèces. Originaire du sud de l’Asie, cette plante proche du gingembre est à la fois utilisée comme épice dans l’alimentation et employée pour ses multiples vertus médicinales.

Le curcuma en fait, jouit d’une histoire riche et très bien documentée d’utilisation médicinale tant en médecine traditionnelle chinoise (MTC), qu’en Ayurveda, où il était couramment utilisé pour traiter les maladies du foie, les problèmes de peau et des voies respiratoires, les affections gastro-intestinales, les entorses, les douleurs articulaires, ainsi que pour soutenir la cicatrisation de façon générale. De plus, en raison de ses propriétés antibactériennes considérables, les adeptes de la médecine chinoise et ayurvédique avaient souvent recours au curcuma en application topique pour soigner la teigne et les plaies infectées.

Aujourd’hui, une des qualités les plus prisées du curcuma est incontestablement ses puissantes propriétés anti-inflammatoires naturelles. La science moderne a en fait, identifié plus de 24 composés antiinflammatoires dans le curcuma, dont six inhibiteurs de la COX-2. D’ailleurs, de par sa composition chimique, le curcuma peut à la fois inhiber l’activité et les sous-produits métaboliques inflammatoires de la COX-2 et de la 5-LOX, ainsi que celle d’autres enzymes et hormones directement impliquées dans le processus de modulation de l’inflammation. Ainsi, le curcuma est une excellente solution de rechange aux médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) classiques, qui viennent avec toute une panoplie de contre-indications et effets secondaires potentiels.

La communauté médicale conventionnelle est de plus en plus intéressée par le curcuma, et étudie la plante et ses différents composés biochimiques dans une multitude de contextes afin de tenter d’élucider son potentiel dans le traitement de toutes sortes de maladies et conditions de santé. Dans le cadre de ces recherches scientifiques, le curcuma a jusqu’ici démontré un énorme potentiel d’action dans la prévention et le traitement du cancer du poumon, les maladies hépatiques, cardiovasculaires et métaboliques, les conditions cognitives et neurologiques, ainsi que les troubles auto-immunitaires.

Le curcuma s’est également montré étant un précieux allié dans la prévention et le traitement de plusieurs formes de cancers : côlon, sein, prostate, foie, oesophage et bouche dans des études expérimentales dans des modèles animaux. En fait, selon une revue de la recherche actuelle, l’efficacité du curcuma en oncologie est dite se comparer favorablement à celle des médicaments pharmaceutiques. En tant que tel, bien que beaucoup de recherche est encore nécessaire afin de réellement élucider le potentiel qu’offre le curcuma dans le traitement du cancer, les nombreux puissants bénéfices qu’offre cette plante, tant en terme de maintien qu’en terme de protection de la santé en font d’elle un excellent ajout à la routine de tous les jours, et une parfaite médecine préventive.


une des qualités les plus prisées du curcuma est incontestablement ses puissantes propriétés anti-inflammatoires naturelles.

Bien que le curcuma est disponible un peu partout sous d’épice ou de thé, il est à noter que si l’on souhaite bénéficier de ses maintes propriétés thérapeutiques, un apport alimentaire n’offrira pas vraiment de résultats cliniques tangibles. C’est-àdire que la racine elle-même ne contient qu’environ 3 % de concentration en curcumine, et que celle-ci est notoirement peu absorbée par le corps. En fait, lorsqu’ingéré sous forme alimentaire, le corps n’absorbe qu’environ 1% de la curcumine disponible. En tant que tel, un bon supplément de curcumine offre clairement un énorme potentiel pour la gestion de la santé en général et le maintien d’une santé optimale.

Pathologies

Arthrite, arthrose et santé des articulations : Plusieurs études scientifiques de grande envergure ont démontré qu’une fraction volatile d’huile de curcuma avait une puissante activité anti-inflammatoire, dans une variété de modèles expérimentaux. Encore plus puissant que son huile volatile cependant, la curcumine, composé pharmacologique primaire du curcuma, a quant à elle démontrée des propriétés anti-inflammatoires comparables à celles des plus puissants médicaments pharmaceutiques tels que l’hydrocortisone et la phénylbutazone, ainsi qu’aux anti-inflammatoires classiques tels que Motrin. De plus, la recherche dans le domaine de l’arthrite et l’arthrose a pu confirmer que les curcuminoïdes peuvent profondément réduire l’inflammation et la destruction des articulations, en bloquant les voies inflammatoires et prévenant ainsi toute une gamme des symptômes classiques de l’arthrite tels que l’enflure, la douleur et la raideur.

Diabète : La curcumine a à ce jour été étudiée en profondeur afin d’élucider le rôle qu’elle joue dans la réduction et la régulation des taux de glucose sanguin. D’ailleurs, une étude particulièrement importante, qui fut publiée dans le journal de l’American Diabetes Association, “Diabetes Care”, a démontré que l’extrait de curcuma peut définitivement prévenir le développement du diabète de type 2 chez les prédiabétiques, 100 % du temps. Ceci est un exploit remarquable qu’aucun autre médicament pharmaceutique approuvé par le FDA pour le traitement du diabète de type 2 n’a pu accomplir. En effet, le curcuma réduit la glycémie si efficacement, qu’il est généralement déconseillé aux patients diabétiques qui utilisent déjà des médicaments pour traiter l’hyperglycémie; à moins bien sûr, d’un ajustement de dose en consultation avec son médecin. De plus, le curcuma peut également adresser d’autres symptômes classiques du diabète, tels que la soif excessive et les mictions fréquentes.

Dyspepsie flatulente : Toute une panoplie de preuves scientifiques a démontré que le curcuma protège le tractus gastro-intestinal de multiples façons grâce à ses puissants effets anti-inflammatoires. De plus, le curcuma a démontré augmenter la sécrétion de gastrine, sécrétine et bicarbonate, ainsi que de mucus gastrique et d’enzymes pancréatiques, tout en inhibant les spasmes intestinaux et la formation d’ulcères causés par le stress, l’alcool et d’autres variables associées à l’hygiène de vie. Le curcuma a également démontré améliorer les symptômes dyspeptiques chez des patients souffrant de dyspepsie, ainsi que maintenir la rémission chez des patients atteints de colite ulcéreuse. Un important essai récent mené auprès de 116 patients avec plaintes dyspeptiques (douleurs abdominales, gêne épigastrique, flatulences ou éructations), a constaté qu’après 7 jours de supplémentation au curcuma, 87 % des patients avaient un soulagement de symptômes par rapport à 53 % dans le groupe placebo.

Digestion :
Le curcuma est d’une valeur exceptionnelle pour le soutien de la digestion, la prévention de brûlures d’estomac et la stimulation, soutien et protection du foie et de la vésicule biliaire. D’ailleurs, le curcuma est régulièrement utilisé comme tonique digestif amer tant en médecine traditionnelle chinoise qu’en Ayurveda. De plus, en raison des puissants effets anti-inflammatoires qu’il exerce sur les muqueuses de la gorge, de l’estomac et des intestins, le curcuma diminue la congestion et l’inflammation dans toute la longueur du tube digestif, et favorise ainsi une digestion optimale des protéines, lipides et glucides. En fait, si reconnue et scientifiquement validée est la valeur du curcuma dans le traitement des troubles digestifs, que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ainsi que la Commission E. allemande le liste tous deux comme approche thérapeutique de première ligne.

Santé cognitive et démence :
Selon les dernières données scientifiques, la curcumine, grâce à ses puissantes propriétés anti-oxydantes, anti-inflammatoires et lipophiles, peut considérablement améliorer les fonctions cognitives chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer. La curcumine a en effet démontré sa capacité à réduire l’accumulation de plaque bêta-amyloïde, ayant comme résultat de retarder la dégradation des neurones, et de soutenir la détoxification par chélation de métaux lourds (en particulier au niveau des cellules du cerveau). De plus, les études expérimentales les plus récentes ont aussi démontré que la curcumine peut effectivement ralentir la progression de la maladie d’Alzheimer dans des modèles de souris – données clairement très prometteuses. Il n’est donc pas surprenant que les communautés médicales alternatives et conventionnelles semblent s’entendre sur le fait que la supplémentation en curcuma peut offrir une protection considérable contre le développement et la progression des maladies cognitives et neuro-dégénératives.

Produits concomitants : Le curcuma et très polyvalent et peut être combiné à une grande variété d’autres plantes et suppléments. Il figure souvent en combinaison avec le poivre noir, le gingembre, le ginseng, l’ail, l’ashwagandha et l’aloe vera dans des formules pour le soutien de l’inflammation et des articulations. De plus, le curcuma se combine aussi très bien à la camomille, l’achillée millefeuille, le tilleul, le thym et de nombreux autres plantes pour le soutien de la digestion. Enfin, le curcuma est excellent en combinaison avec le resvératrol, l’acide alpha-lipoïque et l’acétyle-L-carnitine pour soutenir et promouvoir une santé cognitive optimale.

Propriétés médicinales

• Antiflatulent
• Anti-inflammatoire
• Antimicrobien
• Antioxydant
• Anti-rheumatoid
• Détoxifiant
• Digestif
• Protecteur gastro-intestinal
• Stimulateur de la sécrétion biliaire

 

Acheter le Curcuma

 

1. Jurenka JS. Anti-Inflammatory Properties of Curcumin, a Major Constituent of Curcuma longa: a Review of Preclinical and Clinical Research. Altern Med Review, 14(2):141-153. 2009
2. http://www.naturalhealthresearch.org/curcumin-tumeric/
3. http://systematicreviewsjournal.biomedcentral.com/articles/10.1186/2046-4053-3-71. Efficacy of turmeric in the treatment of digestive disorders: a systematic review and meta-analysis protocol.
4. Cancer Lett. 2008 Aug 18;267(1):133-64. doi: 10.1016/j.canlet.2008.03.025. Epub 2008 May 6. Curcumin and cancer: an “old-age” disease with an “age-old” solution.
5. Naturally occurring phytochemicals for the prevention of Alzheimer’s disease Journal of Neurochemistry,Volume 112, Issue 6, pages 1415–1430, March 2010.
6. http://www.scientificamerican.com/article/can-turmeric-prevent-or-cure-disease/
7. Saad RJ, Chey WD. Review Article: Current and Emerging Therapies for Functional Dyspepsia. Aliment Pharmacol Ther. 24(3):475-92. 2006
8. Maizura M, Aminah A, Wan Aida WM. Total Phenolic Content and Antioxidant Activity of Kesum (Polygonum minus),Ginger (Zingiber officinale) and Turmeric (Curcuma longa) Extract. International Food Research Journal, 17:45-53. 2010
9. Arthritis & Rheumatism Volume 54, Issue 11, pages 3452–3464, November 2006.Efficacy and mechanism of action of turmeric supplements in the treatment of experimental arthritis
10. http://www.ift.org/food-technology/daily-news/2011/january/11/curcumin-may-relieve-pain- inflammation-for-osteoarthritis-patients.aspx
11. AAPS J. 2009 Sep; 11(3): 495–510. Curcumin and Cancer Cells: How Many Ways Can Curry Kill Tumor Cells Selectively?
11. Anticancer Res. 2003 Jan-Feb;23(1A):363-98. Anticancer potential of curcumin: preclinical and clinical studies. Cytokine Research Section, Department of Bioimmunotherapy, University of Texas M. D. Anderson Cancer Center.